Cargando ...
Se ha producido un error al cargar el contenido.

Media francophones/ Sélection de presse du 12-XI-2006

Expandir mensajes
  • Carlos Ruiz Miguel
    *****INTIFADA SAHRAOUI***** http://www.arso.org/intifada2005.htm *****STOP AU SAUVAGE MAKHZEN******************* *****Campagne internationale pour la
    Mensaje 1 de 1 , 13 nov 2006
    Ver fuente
    • 0 archivo adjunto
      *****INTIFADA SAHRAOUI*****
      http://www.arso.org/intifada2005.htm

      *****STOP AU SAUVAGE MAKHZEN*******************
      *****Campagne internationale pour la libération de tous les prisonniers
      politiques sahraouis
      http://www.arso.org/aminatoucamp.htm

      *****NOUVEAU: LE MUR DE LA HONTE: LE SITE WEB ESSENTIEL********
      http://www.murominassahara.8m.com/



      S O M M A I R E

      1. RASD-MAROC-"AUTONOMIE-COMÉDIE DU MAKHZEN
      - SPS: Le Gouvernement sahraoui: L’‘autonomie’ avancée par le Maroc n’est qu’une
      vaine tentative de contourner la légalité internationale

      2. SAHARA OCCIDENTAL-ONU-PAM (Programme Alimentaire Mondiale)
      - SPS: Mohamed Abdelaziz: La communauté internationale ne pourra pas laisser une
      catastrophe humanitaire s’abattre sur les réfugiés sahraouis
      - SPS: Le Directeur du PAM exprime sa "solidarité" au peuple sahraoui dans son
      droit à l'autodétermination
      - L'EXPRESSION: Le PAM dans les camps de réfugiés
      - LA TRIBUNE: Alors que des milliers de personnes ont manifesté en Espagne
      Le directeur du PAM exprime sa «solidarité» au peuple sahraoui

      3. SAHARA OCCIDENTAL-ESPAGNE-LE LOBBY PRO MAROCAIN EN ESPAGNE S'ACTIVE AU
      LENDEMAIN DE LA TRAHISON
      - MAP: Felipe Gonzalez: l'<Autonomie> est la <meilleure> solution pour toutes
      les parties au conflit du Sahara
      - SPS: Brahim Ghali appelle le gouvernement espagnol a dénoncer les accords
      tripartites de Madrid
      - SPS: Plus de 40.000 manifestants réclament à Madrid la décolonisation du
      Sahara Occidental
      - EL MOUDJAHID: Des milliers de personnes manifestent en faveur de
      l’indépendance du Sahara occidental
      - EL MOUDJAHID: Le manifeste de Madrid
      - LA TRIBUNE: L’Espagne face à la décolonisation du Sahara occidental. Poursuite
      des manifestations de soutien au peuple sahraoui
      - LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE: Manifestation hier, à Madrid. «Pour la décolonisation
      et l’indépendance du Sahara occidental»

      4. SAHARA OCCIDENTAL-MAROC-OFFENSIVE DIPLOMATIQUE
      - LIBERTÉ: Dans le but de donner du crédit à son <projet> d’<autonomie> pour le
      Sahara occidental. Rabat multiplie les initiatives

      5. SAHARA OCCIDENTAL-FRANCE-MAROC-ÉCHEC DE LA STRATÉGIE SPORTIVE DE LÉGITIMATIN
      DE L'OCCUPATION
      - LE JEUNE INDÉPENDANT: Le Front Polisario n’a pas autorisé le rallye :
      Paris-Dakar à traverser ses territoires
      [NOTE: IL NE S'AGIT DU "PARIS-DAKAR" MAIS DE LA "1st Transaficaine Classic"]

      6. SAHARA OCCIDENTAL-INTERNATIONALE LIBERALE
      - LE MATIN: Le vice-président de l'Internationale libérale qualifie de «bonne»
      la proposition d'<autonomie> des "provinces du sud"

      7. MAROC-ITALIE-LOBBY PRO MAROCAIN EN ITALIE
      - L'OPINION: Bologne-Italie. Le prix international Euromediterraneo 2006
      attribué à l’INDH



      ===========================================================
      SÁHARA-INFO EN FRANÇAIS ET EN ESPAGNOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/

      SAHARA-INFO SEULEMENT EN FRANÇAIS:
      http://fr.groups.yahoo.com/group/revue-de-presse-sahara-occidental/

      SAHARA-INFO SÓLO EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/revista-de-prensa-sahara-occidental/

      NEW!!! SAHARA-INFO IN ENGLISH
      http://fr.groups.yahoo.com/group/sahara-info-english/

      ===========================================================


      1. RASD-MAROC-"AUTONOMIE-COMÉDIE DU MAKHZEN
      http://www.spsrasd.info/sps-121106.html#2

      Chahid El Hafed, 12/11/2006 (SPS) Le Gouvernement Sahraoui a déclaré samedi dans
      un communiqué publié par le ministère de l’information, que "ce que le
      gouvernement du Maroc appelle ‘autonomie’ n’est en réalité qu’une vaine
      tentative de confisquer un droit international sacré et inaliénable", qui est
      le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance.

      Le communiqué, qui répondait à la déclaration récente du ministre de
      communication marocain, Nabil Ben Abdallah, selon lequel la soi-disant
      ‘autonomie’ est "une forme d’autodétermination civilisée", a estimé que "les
      pseudo solutions avancées par l’occupant marocain, dans le but avéré de
      consacrer sa présence illégale sur le sol du Sahara Occidental, comme une
      manière d’autodétermination est une entreprise qui doit être condamnée par la
      communauté internationale".

      Voila le texte intégral du communiqué du Ministère de l’information



      République Arabe Sahraouie Démocratique

      Ministère de l’information

      Le 11 novembre 2006


      Suite aux déclarations du ministre marocain de la communication à propos de ce
      qu’il appelle « autonomie », le ministre sahraoui de l’information M. Sidahmed
      El Batal a fait la déclaration suivante :


      Le 9 novembre 2006, le ministre marocain de la communication M. Nabil Ben
      Abdallah a prétendu face aux médias que ce qu’il appelle ‘autonomie’ est une
      forme d’autodétermination civilisée.

      Le gouvernement sahraoui condamne fermement ce genre d’amalgame et s’élève
      contre ce mensonge et cette falsification qui vise à dénaturer le conflit du
      Sahara Occidental et à le sortir de son cadre juridique normal et communément
      admis.

      Considérer les pseudo solutions avancées par l’occupant marocain, dans le but
      avéré de consacrer sa présence illégale sur le sol du Sahara Occidental, comme
      une manière d’autodétermination est une entreprise qui doit être condamnée par
      la communauté internationale. C’est là en effet, pour le gouvernement marocain,
      une façon de se soustraire à ses engagements internationaux, de contourner la
      légalité internationale et de confisquer le droit du peuple sahraoui à
      l’autodétermination et à l’indépendance tentant par là de dissimuler la
      transgression flagrante de la Charte des Nations Unies dont il s’est rendu
      coupable.

      Le conflit du Sahara Occidental est un conflit de décolonisation qui ne saurait
      être résolu en dehors du respect du droit à l’autodétermination. Ce que le
      gouvernement du Maroc appelle ‘autonomie’ n’est en réalité qu’une vaine
      tentative de confisquer un droit international sacré et inaliénable.

      Le droit à l’autodétermination est un droit garanti par le droit international
      et n’est aucunement un don que peut octroyer une puissance occupante selon son
      bon vouloir. Il est tout à fait inacceptable que le gouvernement marocain
      confisque le droit du peuple sahraoui, décide à sa place et décrète des
      solutions qui ne reçoivent pas son aval. Il ne peut y avoir d’autodétermination
      qui ne permet pas au peuple sahraoui d’exprimer sa volonté de façon libre,
      transparente et démocratique.

      Par sa part, le gouvernement sahraoui réitère sa volonté de continuer à coopérer
      avec l’ONU afin qu’elle puisse assumer entièrement sa mission visant à
      décoloniser le Sahara Occidental conformément à sa Charte et à ses résolutions.

      Il est pour cela prêt à participer à la mise en œuvre du Plan de Règlement de
      l’ONU et de l’OUA, paraphé par les deux belligérants, le royaume du Maroc et le
      Front POLISARIO. Il est également disponible pour la concrétisation du Plan de
      Paix pour l’Autodétermination du Peuple du Sahara Occidental adopté à
      l’unanimité par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1495. Il ne saurait,
      en revanche, cautionner une solution basée sur une vision marocaine
      colonialiste et trompeuse qui ignore la volonté du peuple sahraoui, renie la
      légalité internationale et dont la finalité serait d’imposer un fait accompli
      colonial.

      Le gouvernement sahraoui appelle la communauté internationale à intervenir
      urgemment et à imposer des sanctions drastiques contre le gouvernement marocain
      pour qu’il cesse de mépriser la légalité internationale et d’ignorer les
      engagements auxquels il a souscrit au côté de la partie sahraouie sous l’égide
      des Nations Unies.

      Il demande à l’ONU d’intervenir urgemment pour libérer tous les prisonniers
      politiques sahraouis et faire cesser la répression et les tortures pratiquées
      par le gouvernement du Maroc contre des citoyens sahraouis sans défense.

      Il l’appelle également à oeuvrer pour que le sort de plus de 500 civils
      sahraouis disparus soit connu et pour que les 151 prisonniers de guerre
      sahraouis aux mains du Maroc soient libérés.

      L’ONU doit mettre en place des mécanismes de protection à même de sécuriser les
      habitants des territoires occupés et à oeuvrer pour briser le blocus informatif
      et sécuritaire qui leur est imposé. Ils doivent ainsi jouir librement leur
      droits fondamentaux et en premier lieu leur droit à l’autodétermination.


      060/090/100 120141 Nov 06 SPS

      <------------------------------------------------------------>
      2. SAHARA OCCIDENTAL-ONU-PAM (Programme Alimentaire Mondiale)
      http://www.spsrasd.info/sps-121106.html

      Mohamed Abdelaziz: La communauté internationale ne pourra pas laisser une
      catastrophe humanitaire s’abattre sur les réfugiés sahraouis


      Chahid El Hafed, 12/11/2006 (SPS) Le Président de la République, Mohamed
      Abdelaziz, a estimé, samedi, que "La communauté internationale ne pourra pas
      fermer les yeux et laisser une catastrophe humanitaire imminente s’abattre sur
      des réfugiés sahraouis", qui font face dernièrement à une réduction alarmante
      des aides humanitaires qui leur sont consacrés par les organisations
      internationales.

      Le Chef de l’Etat, qui se prononcé lors d’une réception qu’il a organisé en
      l’honneur du Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM,
      organisme de l'ONU), M. James Morris, en visite officielle aux camps des
      réfugiés sahraouis, a averti contre une "véritable famine", qui guette les
      réfugiés sahraouis "à cause de l’interruption du stock alimentaire et de la
      réduction de l’aide les organisations internationales".

      Le Président de la République a, d’autre part, lancé "un appel urgent au
      Programme Alimentaire Mondial, présidé par Monsieur James Morris, ainsi qu’à
      toutes les organisations humanitaires internationales et régionales pour
      intervenir urgemment et apporter les aides nécessaires afin que cette
      catastrophe soit évitée".

      Mohamed Abdelaziz, a en outre lancé ce même "appel à l’Onu, qui demeure la
      première et directe responsable de la décolonisation du Sahara Occidental, pour
      qu’elle prenne des mesures urgentes à même de protéger les réfugiés sahraouis du
      danger de la famine", renouvelant l’appel du peuple sahraoui "de protéger et de
      garantir les droits des citoyens sahraouis des territoires encore sous
      occupation marocaine".

      Le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, M. James Morris, a
      entrepris, samedi matin, une visite officielle de quelques heures aux camps des
      réfugiés sahraouis, à la tête d'une importante délégation de son organisation,
      rappelle-t-on.

      M. James Morris a été reçu à la wilaya de Smara par des membres du Gouvernement
      de la RASD, du président du Croissant rouge sahraoui, et des notables
      sahraouis, avant de visiter les daïras et les différents établissements sociaux
      économiques de cette wilaya.

      Il rencontrera également les citoyens de cette wilaya avant d'avoir une réunion
      avec les autorités locales et les différents responsables de la direction du
      Front Polisario.

      M. Morris fut ensuite reçus par le Président de la République, Mohamed
      Abdelaziz, au siège de la présidence à Chahid El Hafed, en présence des membres
      du Gouvernement, Parlement et du Secrétariat National du Front Polisario et
      autres cadres nationaux. (SPS)

      Voici donc le texte intégral du discours prononcé par le Chef de l’Etat :



      Discours du Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique, Secrétaire
      Général du Front POLISARIO,

      À l’occasion de la réception du Directeur exécutif du Programme Alimentaire
      Mondial le 11 novembre 2006.


      Mesdames, Messieurs,

      Tout d’abord je voudrais souhaiter la bienvenue à Monsieur James Morris,
      Directeur exécutif du Programme Alimentaire Mondial et lui exprimer mes vifs
      remerciements pour s’être rendu dans les camps de réfugiés sahraouis afin de
      constater leur situation.

      Je voudrais aussi souhaiter la bienvenue à nos honorables invités, représentants
      des différentes organisations internationales, humanitaires, et non
      gouvernementales travaillant dans les camps de réfugiés sahraouis.


      Mesdames Messieurs,

      Le conflit du Sahara Occidental est une affaire de décolonisation enregistrée
      auprès des Nations Unies et traitée annuellement comme telle au sein de la
      quatrième commission de décolonisation depuis l’adoption de la résolution 2072
      du 16 décembre 1965 et jusqu’à la dernière en date. Toutes ces résolutions ont
      affirmés le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

      De surcroît, le rapport de la commission d’enquête onusienne de 1975 ainsi que
      l’avis de la Cours Internationale de Justice de cette même année avaient tous
      les deux mis en évidence la nécessité de parachever le processus de
      décolonisation du territoire dans le respect du principe de
      l’autodétermination.

      Cependant, le non respect par l’Espagne de son engagement d’organiser le
      référendum d’autodétermination, et l’invasion militaire et illégale du Sahara
      Occidental par le royaume du Maroc ont été la cause du déclenchement du conflit
      qui est aujourd’hui plus de trentenaire.

      Fidèle à sa Charte et à ses résolutions, les Nations Unies ont fini par
      parvenir, en 1991, à un Plan qui a été signé par les deux belligérants, le
      royaume du Maroc et le Front POLISARIO et qui prévoit l’organisation d’un
      référendum libre, démocratique et transparent à travers lequel le peuple
      sahraoui pourra choisir l’indépendance ou l’intégration au royaume du Maroc.

      Des efforts ultérieurs ont permis la signature, par les deux parties, des
      accords de Huston sous l’égide de l’ancien Envoyé Personnel du Secrétaire
      général de l’ONU, Monsieur James Baker. Celui-ci a fini par élaborer un Plan de
      Paix qui a été adopté à l’unanimité par le Conseil de sécurité dans sa
      résolution 1495. Face à tous ces efforts, le gouvernement du Maroc ne s’est pas
      contenté d’obstruer le travail de la communauté internationale mais bien plus,
      il a déclaré officiellement son rejet de toute solution qui ne consacre pas le
      fait accompli colonial marocain au Sahara Occidental.


      Mesdames, Messieurs,

      Le gouvernement marocain a transgressé la légalité internationale par son
      invasion illégale d’un pays non encore autonome. Il a attenté à l’existence
      d’un peuple en le bombardant par le napalm et le phosphore blanc dont l’usage
      est internationalement prohibé. Il a commis des actes de répression,
      d’enlèvement, d’arrestation et de disparition contre des civils sahraouis. De
      fait, il est responsable de l’exil de plus de 160 mille réfugiés sahraouis,
      vivant encore sur le sol algérien.

      Ce sont plus de 160 mille réfugiés sahraouis qui aspirent depuis plus de trente
      ans au rétablissement de leurs droits et à l’application des résolutions
      internationales leur reconnaissant le droit à l’autodétermination et à
      l’indépendance pour qu’ils puissent enfin revenir au Pays dans la liberté et
      dans la dignité.

      Ce sont plus de 160 mille réfugiés sahraouis qui ont été accueillis par une
      Algérie hospitalière, dans un élan noble et civilisationnel alors que le
      gouvernement marocain voulait les anéantir dans le désert ou sous les bombes de
      ses avions.

      Plus de 160 mille réfugiés sahraouis supportant des conditions climatiques et de
      vie sévères, se trouvent aujourd’hui face à un danger imminent. Une véritable
      famine les guette à cause de l’interruption du stock alimentaire et de la
      réduction de l’aide les organisations internationales. Une aide qui était déjà
      insuffisante aussi bien quantitativement que qualitativement.

      La communauté internationale ne pourra pas fermer les yeux et laisser une
      catastrophe humanitaire imminente s’abattre sur des réfugiés sahraouis qui
      n’auront eu de tort que d’avoir aspirer à l’application des résolutions
      internationales sur leur territoire afin de pouvoir y retourner.

      Je lance un appel urgent au Programme Alimentaire Mondial, présidé par Monsieur
      James Morriss, ainsi qu’à toutes les organisations humanitaires internationales
      et régionales pour intervenir urgemment et apporter les aides nécessaires afin
      que cette catastrophe soit évitée.

      En Même temps que nous lançons cet appel à l’Onu qui demeure le responsable
      premier et directe de la décolonisation du Sahara Occidental pour qu’elle
      prenne des mesures urgentes à même de protéger les réfugiés sahraouis du danger
      de la famine, nous lui renouvelons notre appel afin de protéger et de garantir
      les droits des citoyens sahraouis des territoires restés sous occupation
      marocaine. Il faut aussi libérer tous les prisonniers politiques et révéler le
      sort de plus de 500 civils disparus et celui de 151 prisonniers de guerre
      sahraouis aux mains du royaume du Maroc. Il est également urgent d’accélérer le
      processus permettant au peuple sahraoui de jouir de son droit premier, celui de
      l’autodétermination via un référendum libre, juste et régulier.

      Encore une fois, je souhaite la bienvenue à Monsieur James Morriss ainsi qu’à
      nos honorables invités.

      Merci.



      060/090/100 120123 Nov 06 SPS

      ---------->
      http://www.spsrasd.info/sps-121106.html#4

      Le Directeur du PAM exprime sa "solidarité" au peuple sahraoui dans son droit à
      l'autodétermination


      Smara (Camp des réfugiés sahraouis), 12/11/2006 (SPS) Le Directeur exécutif du
      Programme alimentaire mondial (PAM), M. James Thomas Morris a exprimé, samedi,
      à Smara, sa "solidarité au peuple sahraoui dans son droit à
      l'autodétermination".

      "Nous partageons vos préoccupations concernant votre exigence première, celle de
      votre droit à l'autodétermination", a affirmé M. Morris, lors d'une visite de
      travail et d'inspection qui l'a conduite à la wilaya de Smara dans les camps
      des réfugiés sahraouis.

      Fondant son "espoir" sur le principe d'autodétermination du peuple sahraoui, le
      responsable du PAM a appelé à ce qu'une "solution" au conflit du Sahara
      Occidental soit trouvée "dans les meilleurs délais".

      "Le monde doit comprendre que vous avez besoin de rentrer chez vous et de vivre
      avec vos femmes et vos enfants", a-t-il dit.

      Abordant la situation alimentaire des Sahraouis, il a indiqué que l'organisation
      onusienne qu'il dirige "continuera à subvenir aux besoins du peuple sahraoui".

      La communauté internationale, a-t-il souligné, doit dans ce cas, "connaître les
      besoins alimentaires exacts dans les camps des réfugiés".

      M. Morris James Thomas a été accueilli à la wilaya de Smara par des notables qui
      l'ont invité à transmettre leurs préoccupations à la communauté internationale,
      sur la "situation précaire des réfugiés dans les camps".

      Le Directeur exécutif du PAM a, par ailleurs, affirmé que "le PAM ne subissait
      aucune pression politique de quelque pays que ce soit". (SPS)


      020/090/700 121110 Nov 06 SPS

      --------->
      http://www.lexpressiondz.com/T20061112/ZA4-5.htm

      SAHARA OCCIDENTAL
      Le PAM dans les camps de réfugiés

      12 novembre 2006 - Page : 6

      Il y a nécessité accrue d’approvisionner en denrées alimentaires et médicaments.


      Le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), James Maurice, est
      arrivé, hier, aux camps des réfugiés sahraouis, visite qui répond à l’alerte
      déclenchée faisant état d’une situation humanitaire jugée très difficile. Il
      faut dire que les conditions actuelles sont carrément sur le fil du rasoir. Le
      spectre d’une crise humanitaire qui pointe à l’horizon risque sérieusement de
      prendre corps. L’urgence, cette fois-ci, est bel et bien réelle. Il y a
      nécessité accrue d’approvisionner les camps des réfugiés en denrées
      alimentaires et médicaments. D’ici à la fin de l’année, ce serait la famine si
      cette urgence n’est pas prise en charge. Une fois à Smara, l’un des camps qui
      abrite les réfugiés sahraouis, James Maurice annonça aux populations et
      responsables que son organisation ne s’occupe que du volet humanitaire.

      Il afficha ainsi la couleur, en guise de réponse aux réaffirmations des
      Sahraouis concernant leur attachement au droit à l’autodétermination. «Je vous
      exprime ma solidarité, mais j’assure que les problèmes rencontrés n’ont aucun
      lien avec des pressions d’ordre politique», explique aux Sahraouis, le
      directeur du PAM. Des précisions sonnent comme une mise au point aux
      accusations proférées à l’encontre de son organisation. Entre autres, l’on a
      reproché au PAM d’avoir baissé les bras devant les pressions franco-espagnoles,
      les deux alliés traditionnels du Palais royal.

      Plusieurs ONG internationales n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme. «La
      situation dans laquelle se trouvent les stocks alimentaires est hautement
      préoccupante dans la mesure où ils ne pourront pas couvrir les besoins vitaux
      en alimentation des réfugiés sahraouis jusqu’à la fin de l’année», avaient
      affirmé, récemment, des ONG, dans un communiqué urgent. Ces mêmes organisations
      non-gouvernementales ont averti qu’«en l’absence d’une réponse urgente au niveau
      international, cette situation conduirait à une crise humanitaire».
      La question est de savoir si le PAM est venu justement afin d’éviter au peuple
      sahraoui une crise humanitaire. Selon James Maurice, «il faudra impérativement
      travaillé sur la base de statistiques exactes et garantir que les aides
      s’acheminent vers les Sahraouis». Certes, cela n’est aucunement la réponse
      qu’attendaient les Sahraouis, car l’urgence impose un autre discours autre que
      démagogique. Pour rectifier le tir, la directrice régionale du PAM, la
      Libanaise Naïla Sabra, explique que les pays donateurs hésitent à attribuer des
      aides en l’absence de statistiques exactes sur le nombre de nécessiteux. «Il n’y
      a pas de détournement, mais je dirais plutôt un laxisme dans la gestion des
      aides». Et d’ajouter qu’«il faudrait impérativement dépolitiser la chose et
      séparer le volet humanitaire de la question d’ordre politique». Ainsi, pris
      entre le marteau et l’enclume, le peuple sahraoui s’accroche toujours à son
      droit à l’autodétermination.


      De notre envoyé spécial Ali TITOUCHE

      ---------->
      http://www.latribune-online.com/1211/divers.htm

      Alors que des milliers de personnes ont manifesté en Espagne
      Le directeur du PAM exprime sa «solidarité» au peuple sahraoui

      Dimanche 12 Novembre 2006

      Par Algérie presse service


      Le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), M. James Thomas
      Morris, a exprimé hier dans les camps de réfugiés sahraouis, à Asmara, sa
      «solidarité au peuple sahraoui dans son droit à l’autodétermination». «Nous
      partageons vos préoccupations concernant votre exigence première, celle de
      votre droit à l’autodétermination», a affirmé M. Morris, lors d’une visite de
      travail et d’inspection dans les camps de réfugiés sahraouis de Asmara. Fondant
      son «espoir» sur le principe d’autodétermination du peuple sahraoui, le
      responsable du PAM a appelé à ce qu’une «solution» au conflit du Sahara
      occidental soit trouvée «dans les meilleurs délais». «Le monde doit comprendre
      que vous avez besoin de rentrer chez vous et de vivre avec vos femmes et vos
      enfants», a-t-il dit. Abordant la situation alimentaire des Sahraouis, il a
      indiqué que l’organisation onusienne qu’il dirige «continuera à subvenir aux
      besoins du peuple sahraoui». La communauté internationale, a-t-il souligné,
      doit dans ce cas, «connaître les besoins alimentaires exacts dans les camps des
      réfugiés». M. Morris James Thomas a été accueilli dans les camps des réfugiés
      sahraouis de Asmara par des notables sahraouis qui l’ont invité à transmettre
      leurs préoccupations à la communauté internationale, sur la «situation précaire
      des réfugiés dans les camps».
      Le directeur exécutif du PAM a assuré que «le PAM ne subissait aucune pression
      politique de quelque pays que ce soit». Par ailleurs, plusieurs milliers de
      personnes ont manifesté, le même jour (hier) à Madrid pour réclamer
      l’autodétermination du Sahara occidental et «la fin des violations des droits
      de l’Homme» imputées au Maroc. Cette marche a rassemblé entre 2 000 et 10 000
      personnes selon les organisateurs.

      Le dirigeant de la coalition écolo-communiste espagnole Izquierda Unida (IU)
      Gaspar Llamazares et le délégué en Espagne du Front Polisario, Brahim Gali, ont
      notamment participé à cette marche. Les organisateurs de la marche ont lu un
      communiqué dénonçant la «brutale répression» du Maroc qui, selon eux, «viole
      les plus élémentaires droits de l’Homme et impose un état de siège» au Sahara
      occidental.


      APS

      <--------------------------------------------------------------------->
      3. SAHARA OCCIDENTAL-ESPAGNE-LE LOBBY PRO MAROCAIN EN ESPAGNE S'ACTIVE AU
      LENDEMAIN DE LA TRAHISON
      http://www.map.ma/fr/sections/boite5/felipe_gonzalez__l_a/view

      Felipe Gonzalez: l'<Autonomie> est la <meilleure> solution pour toutes les
      parties au conflit du Sahara


      --DNES : Ahmed Bounejma--. Castellar de la Frontera (Espagne), 12/11/06-
      L'ancien président du gouvernement espagnol, M. Felipe Gonzalez, a affirmé,
      samedi à Castellar de la Frontera (Espagne), que le principe d'autonomie,
      proposé par le Maroc pour faire sortir la région de l'impasse dans laquelle
      elle se trouve, constitue "la meilleure solution pour toutes les parties
      concernées par le conflit" du Sahara.

      S'exprimant lors d'une rencontre avec des journalistes marocains et andalous,
      organisée dans le cadre du 10-ème forum des journalistes du détroit de
      Gibraltar qui a ouvert ses travaux vendredi, M. Gonzalez, a souligné que
      l'Algérie est l'interlocuteur effectif du Maroc, et qu'à partir de ce constat,
      il faut revoir toutes les positions afin de parvenir à des solutions
      consensuelles au conflit.

      L'ancien chef de l'exécutif espagnol a également estimé "inconcevable que les
      frontières entre le Maroc et l'Algérie soient fermées", précisant que cette
      situation "nuit aux performances économiques des deux pays et entrave le
      processus de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) et la libre circulation des
      personnes".

      Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc est un pays d'avant-garde en matière
      de promotion des libertés publiques sur les plans arabe et islamique et s'est
      engagé dans une démarche démocratique claire, mettant en exergue les efforts
      énormes déployés dans ce sens.

      S'agissant de la question de l'immigration clandestine, M. Gonzalez a estimé
      qu'il ne faut pas se concentrer uniquement sur la dimension sécuritaire de
      l'évolution de ce phénomène, mais il convient de prendre en considération son
      aspect humain, étant donné que les immigrés ont le droit de circuler pour
      chercher de meilleures conditions de vie.

      Il a, dans ce sens, indiqué qu'il ne faut pas oublier que les Espagnols ont eux
      aussi émigré, il y a des décennies, aux pays voisins pour améliorer leurs
      conditions de vie.


      Dernière modification 12/11/2006 11:14


      --------->
      http://www.elmoudjahid.com/stories.php?story=06/11/11/9112842

      Des milliers de personnes manifestent en faveur de l’indépendance du Sahara
      occidental

      Par : EL MOUDJAHID
      Le : samedi 11 novembre 2006


      Plusieurs milliers de personnes, venues de toutes les régions d’Espagne, ont
      participé hier à Madrid à une manifestation organisée sous le mot d’ordre "Pour
      la décolonisation et l’indépendance du Sahara occidental". Représentants de
      partis politiques, d’organisations sociales et syndicales, ONG, membres
      d’associations de solidarité avec le peuple sahraoui et citoyens ont pris part
      à la manifestation qui s’est déroulée entre la place Atocha et la place Mayor,
      dans le centre de la capitale espagnole. Le délégué sahraoui en Espagne, Brahim
      Ghali, le coordinateur du parti Izquierda unida (Gauche unie, 3e force politique
      en Espagne), Gaspar Llamazares, le porte-parole de cette formation à la
      municipalité de Madrid, Ines Sabanes, le secrétaire aux mouvements sociaux au
      Parti socialiste, Pedro Zerolo, et le président de la Ligue espagnole de
      défense des droits de l’homme, Francisco José Alonso, entre- autres, se
      trouvaient à la tête des manifestants. Les participants, qui arboraient des
      centaines de drapeaux de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), ont
      marché derrière une banderole sur laquelle était inscrit : "Nous ne voulons plus
      d’abandon et de tromperie, pour un Sahara libre". "Vive la RASD", "Vive
      l’Intifadha sahraouie", "Halte à la répression et aux violations des droits de
      l’homme", "le référendum d’autodétermination est l’unique solution", "Maroc,
      envahisseur, retire toi du Sahara", ont été quelques-uns des slogans scandés
      par les manifestants.
      Des pancartes brandies par les marcheurs montraient des photos de sahraouis
      torturés par les forces d’occupation marocaines. A la fin de la manifestation,
      il a été donné lecture d’un manifeste condamnant la "répression brutale" que le
      Maroc continue à exercer dans les territoires occupés du Sahara Occidental et
      appelant le gouvernement espagnol à défendre les droits légitimes du peuple
      sahraoui dans les forums internationaux. La manifestation a été convoquée par
      la Plate-forme civique pour le référendum d’autodétermination au Sahara
      occidental et la Coordination étatique des associations solidaires du peuple
      sahraoui (CEAS- Sahara). Elle coïncide avec la commémoration du 31e
      anniversaire des accords tripartites de Madrid, signés le 14 novembre 1975, par
      lesquels le gouvernement espagnol de l’époque cédait au Maroc et à la
      Mauritanie, en violation de la légalité internationale, le Sahara occidental,
      territoire non autonome qui fait l’objet d’un processus de décolonisation.

      -------->
      http://www.elmoudjahid.com/stories.php?story=06/11/11/9127769

      Le manifeste de Madrid

      Par : EL MOUDJAHID
      Le : samedi 11 novembre 2006


      Le manifeste lu à la fin de la manifestation organisée hier à Madrid, Pour la
      décolonisation et l’indépendance du Sahara Occidental, appelle le gouvernement
      espagnol à défendre activement le droit légitime et reconnu du peuple sahraoui
      à l’autodétermination et condamne la brutale répression sévissant dans les
      territoires occupés du Sahara Occidental.

      Le manifeste, auquel ont adhéré des dizaines d’organisations sociales, partis
      politiques, syndicats, associations, ONG et intellectuels, dont les écrivains
      Eduardo Galeano et Rosa Regas, dénonce la violation des droits les plus
      élémentaires de la population sahraouie dans les territoires occupés, soumise à
      l’état de siège, aux détentions et à la torture.Il exige du gouvernement
      marocain la cessation de la répression, la mise en liberté des prisonniers
      politiques sahraouis, notamment ceux en grève de la faim.

      ---------->
      http://www.latribune-online.com/1211/p02.htm


      L’Espagne face à la décolonisation du Sahara occidental
      Poursuite des manifestations de soutien au peuple sahraoui


      Dimanche 12 Novembre 2006

      Par Mekioussa Chekir


      Le Sahara occidental, ancienne colonie de l’Espagne, continue d’être au centre
      de manifestations de soutien organisées par des représentants de la société
      civile et des ONG pour la décolonisation de ses territoires occupés depuis 1975
      par le Maroc. Cela, au moment où l’Espagne officielle continue d’être acculée
      pour sa responsabilité historique et morale à l’égard du peuple sahraoui et sa
      position plutôt favorable à un maintien du statu quo. C’est ainsi, indique
      l’APS, qu’après la tenue de la 12ème Conférence internationale de soutien au
      peuple sahraoui dans la capitale du Pays basque, Vitoria, c’était au tour de la
      capitale ibérique, Madrid, d’abriter hier une autre manifestation pour la
      décolonisation et l’indépendance de ces territoires. Organisée par la
      Plate-forme civique pour le référendum d’autodétermination au Sahara occidental
      et la Coordination étatique des associations solidaires du peuple sahraoui
      (CEAS-Sahara), cette initiative devrait «exiger que soit mis un terme à la
      torture et aux violations des droits de l’Homme commises par les forces
      d’occupation marocaines au Sahara occidental ainsi que l’intervention des
      Nations unies pour amener le Maroc à se conformer à la légalité
      internationale». L’appel rendu public par les organisateurs évoque les
      multiples violations des droits de l’Homme dans les territoires occupés
      relevées par les organisations de défense des droits de l’Homme, au cours des
      derniers mois. De même qu’ils notent la situation précaire des réfugiés
      sahraouis dans les camps installés à Tindouf. L’opportunité de cette
      manifestation n’est pas fortuite puisqu’elle coïncide avec la commémoration du
      31ème anniversaire des accords tripartites de Madrid, signés le 14 novembre
      1975, par lesquels le gouvernement espagnol de l’époque cédait au Maroc et à la
      Mauritanie le Sahara occidental. A ce sujet, l’ex-ambassadeur espagnol au Maroc,
      Fernando Arias Salgado, pense qu’il s’agit d’«une des plus grandes erreurs
      stratégiques de la politique extérieure espagnole». Toujours en Espagne, le
      quotidien El Mundo a révélé, dans son édition de vendredi, que des «pressions»
      étaient exercées sur les jeunes Sahraouis des territoires occupés en vue de les
      contraindre à émigrer en Espagne. Le journal ajoutera que les Sahraouis qui
      tentent de quitter leur pays le font en raison de la recrudescence de la
      répression marocaine et rappellera les dernières mises en garde du Front
      Polisario qui avait parlé d’une «nouvelle tactique en vue de se débarrasser des
      Sahraouis qui luttent pour le droit de leur peuple». Citant le délégué sahraoui
      en Espagne, Brahim Ghali, l’article ajoute que cette campagne marocaine s’est
      intensifiée depuis le déclenchement de l’intifadha sahraouie en mai 2005.

      ---------->
      http://www.lanouvellerepublique.com/actualite/lire.php?ida=44455&idc=13&refresh=1++++++++++++++++++++++++++++++++++

      Manifestation hier, à Madrid
      «Pour la décolonisation et l’indépendance du Sahara occidental»


      La capitale espagnole, Madrid, a abrité hier une manifestation à laquelle a
      appelée la Plate-forme civique pour le référendum d’autodétermination au Sahara
      occidental et la Coordination étatique des associations solidaires du peuple
      sahraoui (CEAS-Sahara) autour du slogan "pour la décolonisation et
      l’indépendance du Sahara occidental".
      Les manifestants, munis du drapeau de la République arabe sahraouie démocratique
      (RASD) et de banderoles sur lesquelles étaient écris des mots d’ordre dénonçant
      la colonisation marocaine du Sahara occidental et l’appel de la tenue d’un
      référendum d’autodétermination, sont partis de la glorieta de Atocha pour
      arriver à la Plaza Mayor.
      Cette marche a constitué un signe fort à l’adresse des responsables espagnoles
      de par le nombre des participants — des universitaires, des artistes, des élus,
      des citoyens espagnols,et des représentants du Front Polisario à Madrid — venus
      de partout soutenir le peuple sahraoui et le fait qu’elle intervienne au
      lendemain du discours du roi du Maroc tenu à l’occasion la date de célébration
      de la "Marche verte". Cette marche organisée au cœur de Madrid sous le slogan
      "Pour la décolonisation et l’indépendance du Sahara occidental" était pour
      rappeler le rôle historique de l’ancien occupant du Sahara occidental,
      l’Espagne en l’occurrence, qui par les accords de Madrid, piétine le droit
      international relatif à un territoire de décolonisation inscrit depuis 1963 par
      l’ONU, ouvrant la voie à l’occupation marocaine.
      Par ailleurs, cette manifestation s’inscrit parmi les activités organisées suite
      à la décision prise lors de la 32e conférence européenne de la Coordination
      décrétant l’année prochaine «Année internationale de solidarité avec la RASD».
      La dernière résolution du Conseil de sécurité, qui a vu la prorogation du
      Mandat de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental
      (MINURSO) et la non prise en compte du dernier rapport de Kofi Anan sur le
      Sahara occidental, dont le contenu dissocie le référendum de
      l’autodétermination. Un droit international relatif à la question de la
      décolonisation qui est sujet de tergiversations et manœuvres de la part de
      Rabat et de ses alliées, dont la France, qui a, encore une fois, pesé de tout
      son poids au Conseil de sécurité fin octobre dernier pour que la question des
      atteintes aux droits de l’Homme dans les territoires encore sous occupation
      marocaine ne figurent pas dans les dernières résolutions.
      Une position qui conforte la colonisation marocaine au Sahara occidental et
      conduisant au maintien des causes d’instabilité dans la région du Maghreb et
      voire même de l’Afrique dont le traitement s’articule autour du plan de paix
      initié en 1991, sanctionné par un cessez-le-feu par les deux parties en
      conflit, le Maroc et le Front Polisario sous les auspices onusiens.
      Concernant les manœuvres marocaines qui étaient jusque-là assurées par les
      cercles politico- médiatiques marocains de soutien à la politique du Palais
      royal sur le Sahara occidental, Mohamed VI les en a fait siennes lors de son
      dernier discours. Le roi du Maroc a en effet souligné qu’"un Etat indépendant
      favoriserait le terrorisme au Maghreb et au Sahel" Des propos visant à dévier
      la solution de la question sahraoui du droit international, traduit dans la
      charte de l’ONU, les résolutions de l’Assemblée générale onusienne, de la
      quatrième commission chargée de décolonisation ainsi que celles du Conseil de
      sécurité, et ce par la prise en compte des "enjeux et conjonctures
      internationales". Aussi, les propos du roi du Maroc sonnent comme une attaque
      sans précédant à plus de 70 d’Etats à travers le monde qui reconnaissent la
      RASD et soutiennent la justesse de la cause sahraouie ainsi que l’opinion
      internationale qui ne cesse de rappeler à l’ordre l’ONU pour assumer ses
      responsabilités quant à l’organisation du référendum d’autodétermination du
      peuple saharaoui. Il est évident que la marche d’hier avait pour but de
      rappeler à Rabat et à ses alliés que le droit international est l’unique voie
      pacifique pour un peuple colonisé à décider de son destin par lui même.


      12-11-2006
      Karima Bennour

      <----------------------------------------------->
      4. SAHARA OCCIDENTAL-MAROC-OFFENSIVE DIPLOMATIQUE
      http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=67184

      Dans le but de donner du crédit à son projet d’autonomie pour le Sahara
      occidental
      Rabat multiplie les initiatives


      Par : Abdelkamel K.


      Afin de préparer le terrain à sa proposition d’autonomie pour le Sahara
      occidental, le royaume chérifien est monté au créneau depuis le discours de
      Mohammed VI, à l’occasion du 31e anniversaire de la marche verte, qui a marqué
      le début de la colonisation des territoires sahraouis.

      Emboîtant le pas à son souverain et au ministre délégué aux affaires étrangères
      et à la coopération, Tayeb Fassi Fihri, qui se sont prononcés sur la question
      sahraouie la semaine écoulée, le ministre de la communication et porte-parole
      du gouvernement marocain, Nabil Benabdellah, a essayé vendredi de donner une
      nouvelle tournure à la proposition d’autonomie pour le Sahara occidental.
      “L’autonomie que propose le Maroc est une forme évoluée de
      l’autodétermination”, a-t-il affirmé dans l’espoir de convaincre du contenu de
      la proposition que Rabat compte soumettre au conseil de sécurité des Nations
      unies en janvier prochain, mais qui demeure au stade du projet aux dires mêmes
      de Mohammed VI dans son discours lundi dernier. Le ministre marocain estime que
      le fait que le roi ait procédé à des consultations avec les partis politiques et
      les membres du Conseil royal consultatif pour les affaires du sahara (Coras),
      constitue une “consultation d’un nombre très important de la population
      concernée, particulièrement la population sahraouie résidant dans les
      territoires du sud marocain”.
      Nabil Benabdellah apparente cette consultation restreinte avec des notables
      désignés et acquis aux thèses du Makhzen, à un référendum d’autodétermination.
      Selon lui à travers cette consultation, “nous avons répondu aux critères de
      l’autodétermination, qui peut prendre plusieurs formes et ne se limite pas à
      l’organisation d’un référendum, dont la tenue relève de l’impossible”.

      Reste à savoir pourquoi il n’y a que le Maroc à affirmer que le référendum
      d’autodétermination au Sahara occidental est impossible, alors que la mission
      onusienne (Minurso) présente sur les lieux pour le préparer n’a à aucun moment
      fait un tel constat. C’est trop gros pour être admis, parce qu’il feint
      d’oublier que la majeure partie de la population sahraouie, recensée
      officiellement par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l’Organisation
      des Nations unies, est réfugiée à Tindouf en Algérie.
      Pour le porte-parole du gouvernement, ces réfugiés ne constituent qu’une
      minorité. Il annoncera que le Maroc s’oppose catégoriquement à tout retour à
      des négociations sur le référendum d’autodétermination, auquel a appelé l’ONU
      dans ses récentes résolutions. Continuant sur sa lancée, Nabil Benabdellah
      tentera lui aussi d’impliquer l’Algérie dans le conflit en l’invitant à des
      discussions sur la question, dans le but a-t-il dit, d’approfondir les
      relations bilatérales et de bâtir le Maghreb arabe.

      Décidément, Rabat persiste à ignorer la position algérienne, qui n’a pas changé
      d’un iota depuis que le conflit est né.

      D’ailleurs, de Pékin, où il se trouvait en visite officielle, le président
      Abdelaziz Bouteflika a rappelé que seule prévaudrait l’application du droit à
      l’autodétermination du peuple sahraoui. Mais, Rabat refuse d’admettre que cette
      position de droit à l’autodétermination relève du droit international et
      constitue l’objectif de toute solution politique négociée comme elle le
      souhaite. Par ses initiatives répétées, le royaume alaouite cherche à forcer la
      main à la communauté internationale dans la perspective de spolier le peuple
      sahraoui de son droit.

      <--------------------->
      5. SAHARA OCCIDENTAL-FRANCE-MAROC-ÉCHEC DE LA STRATÉGIE SPORTIVE DE LÉGITIMATIN
      DE L'OCCUPATION
      the "1st Transaficaine Classic"
      http://www.jeune-independant.com/display.php?articleId=27218

      Le Front Polisario n’a pas autorisé le rallye : Paris-Dakar à traverser ses
      territoires


      par R.I

      Le représentant du Front Polisario à Paris, M. Sadafa Bahia, a formellement
      assuré que son organisation n’a en aucun cas autorisé le passage du Rallye
      Paris-Dakar à travers les territoires du Sahara occidental, ni même avoir eu
      des contacts avec les organisateurs de cette compétition, a indiqué un
      communiqué publié jeudi par la représentation sahraouie en France.

      Le Front Polisario «dément catégoriquement avoir eu des contacts avec les
      initiateurs de cette expédition et encore moins d’avoir octroyé un droit de
      passage» à ce Rallye à travers les territoires sahraouis, tant occupés que
      libérés, écrit le texte.

      La réaction du Front Polisario intervient suite à «des allégations des
      organisateurs de cette expédition» selon lesquelles ils auraient eu
      «préalablement le feu vert d’organiser cette traversée», ce qui n’est pas le
      cas, selon M. Sadafa.

      Les organisateurs de cette compétition sportive, ajoute le texte, ont été
      «trompés par les autorités marocaines», comme toujours, puisque toutes «les
      expéditions organisées en concertation avec les autorités marocaines» sont
      illégales et visent uniquement à légitimer l’occupation illégale marocaine du
      Sahara occidental, internationalement reconnu comme territoire non autonome qui
      attend toujours d’être décolonisé.

      Le Front Polisario s’est adressé aux organisateurs du Rallye Paris-Dakar,
      affirmant que «pour éviter de telles mésaventures» et violations des droits du
      peuple sahraoui sur ses territoires, les organisateurs de cette compétition
      doivent toujours s’adresser aux autorités sahraouies pour avoir une
      autorisation de passage.

      «La représentation du Front Polisario en France rappelle aux organisateurs des
      raids de motos et de voitures, dont l’itinéraire passe par le Sahara
      occidental, de se munir d’une autorisation formelle auprès des autorités
      sahraouies compétentes et que toute négligence dans ces démarches pourrait
      mettre en cause le déroulement de la manifestation», a conclu le communiqué.


      <------------------------------------------>
      6. SAHARA OCCIDENTAL-INTERNATIONALE LIBERALE
      http://www.lematin.ma/Journal/Article.asp?idr=natio&idsr=natio&id=67271

      Le vice-président de l'Internationale libérale qualifie de «bonne» la
      proposition d'<autonomie> des "provinces du sud"

      Publié le : 11.11.2006 | 20h36

      Le vice-président de l'Internationale libérale (IL), Hans Van Baalen, a souligné
      que la proposition de S.M. le Roi Mohammed VI d'accorder l'<autonomie> aux
      <provinces du sud> est "une bonne proposition" de nature à consolider le
      développement et à <renforcer> les droits de l'homme dans ces <provinces>.

      L'Internationale libérale salue l'idée d'<autonomie> des <provinces du sud> dans
      le cadre de la <souveraineté marocaine> et la considère comme "la <meilleure>
      <solution>" à ce conflit, a indiqué Hans Van Baalen, dans un entretien accordé
      au quotidien "Rissalat Al Oumma", publié samedi.

      "Cette solution garantit le développement de ces régions", a-t-il ajouté. Hans
      van Baalen prend part aux travaux du 54e Congrès de l'Internationale libérale
      qui ont débuté, vendredi à Marrakech, avec la participation de près de 500
      personnalités de 95 pays.


      | MAP

      <------------------------------------------->
      7. MAROC-ITALIE-LOBBY PRO MAROCAIN EN ITALIE
      http://www.lopinion.ma/spip.php?article13925

      Bologne-Italie
      Le prix international Euromediterraneo 2006 attribué à l’INDH


      L’association "Assafrica & Mediterraneo" relevant de la confédération du
      patronat italien "Confidustria" a décerné son prix international
      Euromediterraneo 2006 à l’Initiative nationale pour le développement humain
      (INDH).
      Intervenant à cette occasion, le Consul général du Maroc à Bologne, M. Bouchta
      El Ouidani, qui a reçu ce prix, jeudi, a indiqué que le Maroc, convaincu de
      l’irréversibilité du processus démocratique dans lequel il s’est engagé, a
      ouvert plusieurs chantiers visant à éradiquer tous les fléaux susceptibles
      d’entraver ce processus tels l’analphabétisme, la maltraitance des enfants, les
      inégalités entre l’homme et la femme, l’insécurité routière, le non-respect des
      droits de l’Homme et la pauvreté.

      M. El Ouidani a indiqué que l’INDH est une stratégie d’ensemble, cohérente et
      fondée sur la mobilisation de tous les intervenants : les collectivités
      locales, la société civile et les populations bénéficiaires, estimant que c’est
      une expérience qui vise à accoutumer les Marocains à une culture de
      participation à la vie politique et à placer le développement humain au centre
      de la décision politique.

      Le diplomate marocain a, par ailleurs, souligné l’importance du rapport "50 ans
      de développement humain et perspective 2025", d’autant plus qu’il a dressé un
      bilan objectif et lucide de 50 ans du développement du Maroc.

      Il a également rappelé la création de l’Instance Equité et Réconciliation (IER)
      avec pour mission d’examiner les violations passées des droits de l’Homme
      commises entre 1956 et 1999, qualifiant de distinguée l’expérience marocaine
      dans ce domaine.


      Edité le: samedi 11 novembre 2006

      ____________
    El mensaje se ha enviado correctamente y se entregará a los destinatarios en breve.